Solutions de mesure et d'optimisation de la Qualité de Service sur les réseaux cellulaires

Pourquoi Orange insiste en Afrique malgré les difficultés

POSTED BY Blandine Wieczorek IN Global

   

Malgré un très net ralentissement de sa croissance sur le continent africain et au Moyen-Orient, l’opérateur ne baisse pas les bras et se dit prêt à participer à une future consolidation.

A l’été 2010, Stéphane Richard alors directeur général de l’opérateur présentait son projet « Conquêtes 2015″. Son objectif : parvenir à 7 milliards d’euros de chiffre d’affaires à cette échéance en Afrique et au Moyen-Orient. Deux ans plus tard, Orange en est toujours loin. Mais la zone reste une terre de croissance pour Orange comme pour l’ensemble des opérateurs locaux. Présent dans une vingtaine de pays africains avec 120,7 millions de clients fin 2016, l’opérateur y a réalisé l’an dernier 5,24 milliards d’euros de chiffre d’affaires, en progression de 2,5% seulement, soit 12,8% de l’ensemble de l’activité du groupe.

Sans surprise, le principal marché de la zone est constitué de l’Egypte où Orange fait relativement bonne figure. Avec 33,9 millions de clients fin 2016, essentiellement du prépayé, c’est même le premier marché du groupe en terme de nombre d’abonnés, y compris devant la France ! Certes le chiffre d’affaires reste relativement modeste (1,13 milliard d’euros en 2016, en recul de 15,3%), notamment du fait de la dévaluation de plus de 50% de la livre égyptienne. Avec, qui plus est, un revenu moyen par abonné (ARPU) extrêmement faible (2,5 euros par mois) qui n’empêche pas Orange de se positionner comme le second acteur local (35,2% de parts de marché) derrière Vodafone (40,9%) mais devant Etisalat (23,9%).

Autre acteur d’envergure, Sonatel, l’opérateur historique sénégalais, dont Orange détient 42,3% aux côtés de l’Etat (27%), des collaborateurs du groupe (6%) et du flottant (24,7%). L’opérateur est présent au Sénégal avec 52,3% de parts de marché (1,37 milliard d’euros de chiffre d’affaires en 2016 pour un résultat net de 330 millions d’euros) et un ARPU de 4,6 euros par mois, et au Mali, en Guinée-Conakry, en Guinée-Bissau et, depuis peu, en Sierra Leone.

Compliqué au Cameroun, Congo et en Irak

Orange est également présent en Côte d’Ivoire, au Burkina Faso (où le rebranding vient de s’achever), au Maroc, en Tunisie, à Madagascar, au Niger, en République centrafricaine, à l’Île Maurice et d’autres pays encore. Dans la plupart d’entre eux, Orange  affiche des positions (suite…)

   

Configuration d’un mobile iPhone 6S sur XCAL-M

POSTED BY Blandine Wieczorek IN La vie de l'entreprise, Nos solutions

   

Il est désormais possible de connecter des mobiles IPhone sur la plateforme XCAL-M. Voici la configuration.

Voici la configuration du « Mobile Alias » :

htft,h

 

Configuration du « Port Setting » :

Sans titre

 

Voici l’interface après configuration du port :

hgdfxdfghj

 

Pour toute demande, n’hésitez pas à contacter notre équipe technique sur notre plateforme de support.

 

Article rédigé par D. Coulibaly / Lillybelle

   

Cameroun : la ministre des télécoms instruit le nouveau Dg de l’ART à l’adapter aux enjeux numériques de l’heure

POSTED BY Blandine Wieczorek IN Global

   

Le nouveau directeur général de l’Autorité de régulation des télécommunications (ART) du Cameroun, Philémon Zo’o Zame (photo) a pris officiellement fonction, le 14 juin 2017. Lors de la cérémonie de passation de service avec le directeur général sortant, Jean-Louis Beh-Mengue, titulaire du poste depuis 18 ans, la ministre des postes et télécommunications, Minette Libom li Likeng, a dévoilé l’attente globale du gouvernement envers le nouveau promu.

Elle a souligné à cet effet que « la nomination d’un nouveau directeur général marque la ferme volonté du gouvernement d’impulser un nouveau dynamisme à l’ART ; afin de mettre en place une régulation du secteur réellement adaptée aux enjeux de développement de l’économie numérique au Cameroun ».

L’un de ces enjeux de développement de l’économie numérique est le respect, par les opérateurs télécoms, des engagements contenus dans leur cahier des charges, en termes d’accès des populations au service de qualité.

1606-48186-cameroun-la-ministre-des-telecoms-instruit-le-nouveau-dg-de-l-art-a-l-adapter-aux-enjeux-numeriques-de-l-heure_M

Au Cameroun, le taux de pénétration de l’Internet n’est que de près de 23%. Cela veut dire que sur environ 20 millions d’abonnés aux services télécoms que compte le pays, seuls à peu près 5 millions de personnes ont accès à Internet, et pas toujours au haut débit.

Au-delà de la faible couverture de l’Internet haut débit, la ministre des télécoms a aussi interpellé le nouveau Dg de l’ART sur une plus grande prise en compte des plaintes des consommateurs.

En effet, depuis plusieurs années, les abonnés dénoncent une mauvaise qualité de service qui a fait l’objet de mise en demeure des opérateurs par le régulateur télécoms dans de rares cas.

Selon l’autorité de tutelle, le régulateur télécoms se doit « d’être un acteur fort, garantissant les droits des utilisateurs finaux qui s’avèrent être le maillon faible de la chaîne ».

Source : Agence Ecofin

Article sélectionné par F. Bailleul / Lillybelle

   

L’Arcep autorise Bouygues Telecom et SFR à utiliser la bande 2,1 GHz en 4G, pour en améliorer les débits

POSTED BY Blandine Wieczorek IN Marché

   

La bande 2,1 GHz est la bande historiquement utilisée par les réseaux 3G des opérateurs mobiles français. Cette bande de fréquence a été attribuée pour la première fois en 2001 et a permis le développement des réseaux à haut débit mobile au milieu des années 2000.

Les sociétés Bouygues Telecom et SFR ont chacune demandé la modification de leurs autorisations d’utilisation de fréquences en bande 2,1 GHz pour pouvoir y déployer la 4G.

L’Arcep a adopté le 13 juin les décisions faisant droit aux demandes des deux sociétés et mettant en œuvre dans la bande 2,1 GHz le principe de neutralité technologique prévu par le cadre réglementaire.

Bouygues Telecom et SFR sont désormais autorisés à déployer dans cette bande des réseaux 4G en complément de leurs réseaux 3G. Cela leur permettra d’améliorer les débits de la 4G.

Free Mobile et Orange ont la faculté, s’ils le souhaitent, d’adresser une demande similaire à l’Arcep.

Source : Arcep

Article sélectionné par H. El Jazouli / Lillybelle

   

Les acteurs des télécoms d’Afrique australe se concertent pour une amélioration de la qualité du service dans la région

POSTED BY Blandine Wieczorek IN Marché

   

Lillybelle et son ecosystème de partenaire accompagnent les acteurs des télécoms d’Afrique dans la mesure, le reporting et l’amélioration de tous les facteurs influent sur la qualité de service perçue par les abonnés. Pour plus d’information, nous contacter.

Depuis le 14 juin 2017, les différents membres de l’Association des télécommunications d’Afrique australe (Sata), issus des 15 pays de la Communauté des Etats d’Afrique australe (SADC), sont réunis à Windhoek, en Namibie. Ils prennent part à leur conférence annuelle qui s’achève aujourd’hui. Le point principal des échanges porte sur l’amélioration de la qualité du service dans la région, pour une pleine satisfaction des consommateurs.

1506-48160-les-acteurs-des-telecoms-d-afrique-australe-se-concertent-pour-une-amelioration-de-la-qualite-du-service-dans-la-region_M

Au cours de la rencontre, le ministre namibien des technologies de l’information et de la communication, Tjekero Tweya (photo), a déploré le fait que les différents pays d’Afrique australe ne soient toujours pas entièrement couverts en réseau de télécommunications de qualité.

Prenant l’exemple de la Namibie, il a révélé qu’aujourd’hui, il y a encore de nombreux Namibiens qui n’ont pas accès au mobile, aux services Internet et même aux services nationaux de télévision.

Pour des pays qui veulent développer leur environnement socio-économique en capitalisant sur les TIC, le ministre estime qu’il est crucial d’améliorer d’abord l’accès des utilisateurs aux réseaux et à un service de qualité. Sans cette étape primordiale, les services numériques mis en place pour améliorer les conditions de vie des populations ne serviront à rien.

Source : Agence Ecofin

Article sélectionné par G.E. Thorin / Lillybelle

   

AOF : le nouveau nouveau format d’Accuver

POSTED BY Blandine Wieczorek IN Nos solutions, Nouveautés

   

AOF est le nouveau format de fichier log ouvert d’ACCUVER. La taille des fichiers AOF est très petite par rapport au format DRM/DRX. Il peut être ouvert avec un éditeur texte et facilement intégré dans une base de données SQL.

image001

 

AOF est supporté dans :

– XCAL 03.4.0.7

– XCAL-Mobile 04.15.014

– XCAP 05.14.1.0

 

La version actuelle 1.1.1 * supporte :

– Les chipsets Qualcomm, Samsung device

– Les technologies GSM, CDMA/EVDO, WCDMA, HSPA and LTE/LTE-CA technology

– Les mesures Indoor

– Les scanners PCTEL and DRT scanners

 

Article rédigé par H. El Jazouli / Lillybelle

   

Fin de la facturation des frais d’itinérance en Europe

POSTED BY Blandine Wieczorek IN Global

   

Depuis dix ans, les prix de l’itinérance en Europe pour les consommateurs ont connu des baisses régulières, au fil des évolutions réglementaires adoptées par le Parlement européen et le Conseil. Après de nombreux travaux auxquels l’Arcep a contribué activement au niveau européen, notamment à travers sa participation au sein du BEREC, cette évolution franchit désormais un cap déterminant. A partir du 15 juin 2017, les frais d’itinérance supplémentaires facturés aux utilisateurs se rendant dans un autre Etat membre de l’Union-européenne (UE) (1) sont supprimés.

Dorénavant les utilisateurs en déplacement dans l’UE peuvent utiliser leur téléphone mobile dans les mêmes conditions que dans leur pays d’origine. L’itinérance est donc disponible au tarif national. Ce principe général prévoit des dispositions pour éviter les abus ou la remise en cause d’acquis des consommateurs. En particulier, dans le cas des forfaits illimités ou particulièrement généreux ou pour les offres prépayées, les opérateurs peuvent introduire une limite d’usage en itinérance des services de données. Cette limite, qui est encadrée par la réglementation, doit en tout état de cause offrir un usage confortable des données en itinérance en Europe. Les utilisateurs devront en être clairement informés.

Ces nouvelles dispositions s’appliquent également dans les cas d’itinérance ultramarine, lorsque les clients se déplacent au sein du territoire national, qui englobe la métropole et l’outre-mer (2).

L’Arcep se félicite de l’atteinte de cet objectif, qui représente une étape importante vers le renforcement du marché unique numérique, et sera particulièrement vigilante au respect, par les opérateurs, de leurs nouvelles obligations.

 

(1)  Les pays de l’Espace Economique Européen non membres de l’UE (c’est-à-dire l’Islande, le Liechtenstein et la Norvège) appliqueront ultérieurement la règlementation européenne sur le « roam like at home »

(2) Guyane, Martinique, Guadeloupe, Réunion, Mayotte, Saint-Martin, Saint-Barthélemy, Saint-Pierre-et-Miquelon

 

> La page dédiée sur le site de l’Arcep (évolution du mécanisme de tarification, définition d’une politique d’usage raisonnable, encadrement du marché de gros, mécanisme d’exemption, mesures de transparence et mécanisme de sauvegarde, grandes dates du roaming)

> La page dédiée sur telecom info-conso, le site d’information à destination des consommateurs

> La FAQ de la Commission européenne

 

Source : Arcep

Article sélectionné par H. El Jazouli / Lillybelle

   

Côte d’Ivoire : le régulateur télécoms confie à VIPNET la gestion de la portabilité des numéros mobiles

POSTED BY Blandine Wieczorek IN Marché

   

L’Autorité de régulation des télécommunications/TIC de Côte d’Ivoire (Artci) a dévoilé le nom de l’entreprise qui a remporté l’appel à candidatures, lancé le 28 mars 2017, pour l’établissement et l’exploitation d’une base de portabilité centralisée dans le pays. Il s’agit de VIPNET. L’offre technique et financière de la compagnie a été la meilleure, selon la commission composée des représentants du régulateur télécoms, d’Orange, MTN et Moov. Trois autres sociétés étaient en lice, notamment Silicom, Crossroad et Digital Africa Telecom.

D’une valeur de 326 637 733 Fcfa, la base de portabilité centralisée de Côte d’Ivoire confiée à VIPNET est un chantier assez urgent. La société doit la rendre opérationnelle, d’ici la fin de l’année en cours, selon les attentes du gouvernement. La portabilité soulagera quelque peu l’Artci qui pourrait ne plus être amenée à sanctionner financièrement les opérateurs télécoms pour mauvaise qualité de service.

1206-48066-cote-d-ivoire-le-regulateur-telecoms-confie-a-vipnet-la-gestion-de-la-portabilite-des-numeros-mobiles_M

Par le passé, les mises en demeure du régulateur télécoms n’ont pas toujours eu un grand impact pour contraindre les sociétés télécoms à améliorer la couverture et la qualité du réseau. Les amendes, elles, ont toujours été dénoncées par les opérateurs comme une atteinte à leur capacité d’investissement. Au cœur du dilemme entre protéger le droit d’accès des consommateurs à un service de qualité et éviter de nuire à la capacité d’investissement des sociétés télécoms, l’Artci, à travers la portabilité, transmet une partie de son pouvoir de contrôleur de la qualité du service aux utilisateurs.

Avec la portabilité, l’opérateur ne sera plus propriétaire exclusif des numéros accordés à sa clientèle. L’abonné mécontent des prestations de son opérateur d’origine pourra changer à sa guise de fournisseur de services, tout en conservant sa carte SIM. Sans changer de numéro de téléphone en somme.

Source : Agence Ecofin

Article sélectionné par F. Bailleul / Lillybelle

   

Cameroun : Les deux derniers projets qui tenaient à cœur Jean-Louis Beh Mengue avant son éviction de l’ART

POSTED BY Blandine Wieczorek IN Marché

   

Lillybelle coopère avec les équipes de l’ART sur les questions de Qualité de Service depuis 2015. Nous souhaitons remercier les équipes de l’ART pour leur confiance. Nous souhaitons à Mr Zo’o Zame tous nos vœux de succès dans ses nouvelles fonctions. Lillybelle s’engagera à ses côtés et à ceux de ses équipes avec toute la motivation et la passion qui nous caractérisent.

Jean-Louis Beh Mengue, alors directeur général de l’Agence de régulation de télécommunications, a effectué dans la matinée du 08 juin 2017 une visite sur le terrain à Yaoundé dans l’optique de visiter les sites fixes et mobiles de contrôle de fréquences installés dans la capitale.

Il était sans doute loin de s’imaginer que quelques heures plus tard, au journal de 17h du poste national de la CRTV, le président de la République, Paul Biya, allait le remplacer en nommant un nouveau directeur général à l’ART. C’est ainsi que Philémon Zo’o Zame, ex-SG du ministère des Travaux publics, a été nommé pour le remplacer. Ceci après 18 années de service à la tête de l’ART.

Lors de sa visite sur le terrain, l’ex directeur général a expliqué aux journalistes que le Cameroun a souffert ces dernières années d’un manque d’équipements techniques adéquats pour le contrôle des fréquences, par rapport à l’avancée technologique des réseaux de télécommunications du pays. Ceci afin de mieux contrôler les fréquences des opérateurs de télécommunications et exiger plus de rigueur aux opérateurs pour une meilleur qualité de service.

Capture d’écran 2017-06-19 à 10.15.42

 

Comme solution, l’ex DG a alors fait une annonce : « Nous avons élaboré un programme, qui, pour les trois années à venir, devrait nous coûter à peu près 15 milliards de francs Cfa. Nous avons commencé la première étape avec un marché de gré à gré avec une société allemande de l’ordre de cinq milliards de francs Cfa. Ce marché prévoit l’installation à Yaoundé d’un certain nombre de sites fixes et mobiles de contrôle de fréquences ».

Un projet qu’il ne conduira pas jusqu’au bout ! Et ce n’est pas le seul projet stoppé. Car bien avant, sous son magistère, il y a le projet de construction du nouvel immeuble de l’ART qui a été stoppé, d’après certaines sources, par la Présidence de la République. Un autre projet qui tenait vraiment à cœur l’Ex-DG.

Jean-Louis Beh Mengue a fait (suite…)

   

Contact

    Nous suivre

WE DON’T SPAM
*Champs obligatoires

Support Technique

zendesk